© 2017 Jeremy Chambers

Le Grand Ordinaire

'Ne vous fiez pas à son titre: « Le Grand Ordinaire » a tout d'un roman extraordinaire...D'abord, le livre séduit, impressionne. Puis il déroute, avant de nous bouleverser tout à fait, atteignant dans ses dernières pages un genre d'apothéose, où chaque mot, chaque image touche au coeur. « Le Grand Ordinaire » est un grand chant de la terre, l'oeuvre urgente d'un écrivain vraiment miraculeux.' Philippe Chevilley, Les Echos

 

To read the full review >>

 

 

‘Pourquoi, dira-t-on, se plonger dans cette nuit ? Pas pour en tirer des arguments en faveur de l’espérance mais, tout simplement, parce que cet ouvrage est d’une humanité exceptionnelle. Une immense fraternité avec les petits, les pauvres, les ouvriers saisonniers et leurs femmes débordées, les sans-grade, en émane. Et parce que ce livre lent, dont rien ne presse le récit, est écrit d’une manière superbe dont rend bien compte l’excellente traduction qui nous est proposée. Avec des moments où l’on s’attarde sans raison apparente sur des détails de vie quotidienne que l’on n’a pas l’habitude de voir traiter dans les romans contemporains.’ Bruno Frappat, La Croix

 

To read the full review >>

 

“An astounding, mesmerizing novel…written in a multifaceted prose with restrained emotions. This new Australian voice, at once rough and refined, reaches far…Chambers plays with the density of things left unsaid, with awkwardness and silence, as one would an musical instrument: without sadness, but with a hint of elegy, so that a sort of alchemy rises from the climate of closed intimacy: Chambers’s style, restrained and delicate throughout, picking through the past and gorged with emotion, transforms the bits and pieces of these ordinary lives into a big picture…There are magnificent pages, spare, precise and light, touched by grace.” Liliane Kerjan, La Quinzaine Littéraire

 

 

‘Jeremy Chambers [writes] with a parched, tight prose. His words are like sun-blanched stones…In a superb, evident and blindingly pure style, Chambers aims the lights on a wrecked humanity.’ Eric Neuhoff, Le Figaro Littéraire